Accueil Santé & Beauté Que va-t-il se passer quand un cas de Covid-19 sera détecté à l’école ?

Que va-t-il se passer quand un cas de Covid-19 sera détecté à l’école ?

par dakarly

Dépistage, isolement, traçage… le ministre de l’Education nationale a détaillé le protocole au cas où un ou plusieurs cas de Covid-19 seraient détectés dans un établissement scolaire dans les prochains jours. « L’Obs » fait le point.

« N’ayez pas peur. » Alors que plus de 12 millions d’élèves ont repris le chemin de l’école ce mardi 1er septembre, que la rentrée scolaire, sur fond de reprise de l’épidémie, est pleine d’inconnues, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, s’est voulu rassurant.

A l’attention des parents d’élèves inquiets, il a lancé sur BFMTV : « L’éducation c’est fondamental, l’école c’est fondamental, on a besoin de l’école, l’école ce n’est pas superfétatoire, l’école n’est pas marginale, l’école n’est pas du luxe. » Parents, enfants et enseignants vont donc devoir apprendre à vivre avec le Covid-19 dans les classes et les cours de récréation.

« N’ayez pas peur. » Alors que plus de 12 millions d’élèves ont repris le chemin de l’école ce mardi 1er septembre, que la rentrée scolaire, sur fond de reprise de l’épidémie, est pleine d’inconnues, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, s’est voulu rassurant.

Face au Covid, l’école est-elle vraiment prête ?A l’attention des parents d’élèves inquiets, il a lancé sur BFMTV : « L’éducation c’est fondamental, l’école c’est fondamental, on a besoin de l’école, l’école ce n’est pas superfétatoire, l’école n’est pas marginale, l’école n’est pas du luxe. » Parents, enfants et enseignants vont donc devoir

apprendre à vivre avec le Covid-19 dans les classes et les cours de récréation.

Pour tenter de rassurer encore plus les parents d’élèves inquiets, Jean-Michel Blanquer a rappelé qu’un protocole sanitaire strict a été mis en place, notamment pour contenir l’épidémie en cas d’apparition de cas confirmés de Covid-19 dans les établissements scolaires. De manière générale, le protocole suit le schéma classique : traçage des contacts ; politique de test ; mesure d’isolement voire de fermeture partielle ou totale d’une école ou d’un établissement si la situation le justifie. Les autorités ont prévu plusieurs situations :

  • Une personne accueillie à l’école présente des symptômes dans l’établissement

L’idée est d’aller au plus vite. « Notre objectif est d’être capables de réagir dans les quarante-huit heures à chaque fois que des symptômes sont signalés », avait indiqué Jean-Michel Blanquer, lors de la conférence de presse du 26 août. La personne présentant des symptômes doit être isolée dans l’attente du retour à son domicile ou d’une prise en charge médicale.

Dans ce laps de temps, s’il s’agit d’un adulte, celui-ci doit porter un masque. S’il s’agit d’un élève, il doit aussi porter un masque (à partir de 6 ans) et être surveillé par un adulte à l’infirmerie ou dans un espace dédié. Les parents doivent être prévenus pour qu’ils viennent chercher leur enfant et prendre contact avec leur médecin traitant qui les orientera sur la démarche à suivre. Dans l’attente de l’avis médical, les activités scolaires se poursuivent normalement, tout en respectant les mesures de protection. A défaut de retour sur la situation (confirmation ou non de la contamination par le Covid-19), l’élève ou le personnel ne peut revenir dans l’établissement qu’au terme d’un délai de quatorze jours.

  • Un cas est « confirmé »

Les responsables légaux, s’il s’agit d’un élève, ou le personnel avisent sans délai le chef d’établissement du résultat positif du test ou de la décision médicale confirmant l’atteinte par la Covid-19 et, le cas échéant, de la date d’apparition des symptômes. La personne malade, placée à l’isolement, ne doit pas se rendre à l’école avant le délai défini par le médecin (au plus tôt dix jours après le test).

L’établissement doit veiller à ce que tous les locaux occupés par le malade au cours des dernières quarante-huit heures soient minutieusement désinfectés.

Le chef d’établissement informe immédiatement l’IA-Dasen (l’inspecteur d’académie-directeur académique des services de l’Education nationale) qui prend contact avec l’Agence régionale de Santé (ARS). Le chef d’établissement, en lien avec le personnel médical de l’Education nationale, élabore la liste des personnes, élèves ou personnels, susceptibles d’être contacts à risque au sein de l’école. Un enfant est considéré comme tel s’il a eu un contact à moins d’un mètre du malade, qu’il s’agisse d’une accolade. Franceinfo précise que « tous les élèves et les enseignants d’une même classe sont considérés comme des cas contacts : votre enfant est tenu de rester en isolement si un de ses camarades de classe est testé positif. Mais ce n’est pas le cas s’ils se sont simplement croisés dans un couloir ou dans la cour. »

conversation, d’un repas ou d’une Par mesure de précaution, il est demandé à ces personnes de ne pas rester dans l’établissement en attendant la confirmation des cas contacts à risque par l’ARS. L’élève ou le personnel que l’ARS ne considère pas « contact à risque » pourra alors regagner l’école. Le ministère de l’Education indique que l’ARS est « responsable du recensement, de l’information et du suivi des personnes contact à risque et arrête la stratégie de dépistage adaptée ».

« La liste des sujets contacts est transmise à l’assurance-maladie, qui les appelle, les informe de la conduite à tenir (isolement, tests) et identifie d’éventuels autres sujets contacts en dehors de l’école », détaille encore Franceinfo.

  • Un parent d’élève est identifié comme « cas confirmé » ou présente des symptômes évoquant le Covid-19

Les parents ne doivent pas se rendre dans l’école de leur enfant. Ils s’engagent à ne pas mettre leur enfant à l’école s’il y a un cas ou une suspicion de cas dans le foyer dans le délai prescrit par un médecin (au maximum quatorze jours). Le ministère de l’Education rappelle que l’enfant bénéficie alors de la continuité pédagogique mise en œuvre par son école.

  • Un élève a été en contact avec un « cas confirmé »

Lorsque le directeur d’établissement a connaissance de la présence d’un cas confirmé au sein de l’école, il procède à l’identification des personnes susceptibles d’être des contacts à risque. Il informe les personnels et les parents des élèves concernés. Par prévention, ils ne doivent pas revenir dans l’établissement avant un avis de l’ARS.

Dans tous les cas, contrairement à la rentrée lors du déconfinement en mai, il faudra apporter un certificat médical en cas de manquement de journées de classe. Les parents devront être informés par l’école de la présence de cas confirmés de Covid-19 au sein de l’établissement et des mesures adoptées.

Les écoles peuvent-elles être fermées ? Le ministère de l’Education nationale, qui souhaite éviter au maximum des fermetures totales, estime que les décisions seront prises au cas par cas. « Cela peut être la fermeture d’une classe ou la fermeture d’une école, décision prise au plus près du terrain, donc par le préfet en lien avec l’ARS, le recteur et en collaboration avec la collectivité territoriale concernée (mairie, département, région selon les cas) », explique l’Education nationale à Franceinfo.

Articles Liés

Laisser un Commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant de réaliser des statistiques de visites et d’analyser votre navigation afin de personnaliser votre parcours et de vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts. Accepter Lire Plus